Archives de Tag: partage

Pourquoi je pirate ? Ce qu’il est, n’est pas, sera et ne sera pas

Salux !

Hier matin, j’ai lancé un site : pourquoijepirate.fr. Le but en soi est plutôt simple : chacun peut venir et dire pourquoi est-ce qu’il « pirate » (au sens Albanel du terme). Sur la page d’accueil, une confession apparaît au hasard. Objectif ? À vrai dire aucun, c’est une idée qui m’a traversé la tête mardi après-midi, je l’ai codé dans la soirée et acheté le nom de domaine.

À huit heure, le site est en ligne. À cause d’une erreur de manip, il est bloqué jusqu’à 10h. Deux tweets plus tard, le buzz est lancé : moi qui ne m’attendait pas à plus d’une trentaine de confessions dans la journée, j’en ai 100 en deux heures…

J’ai eu pas mal de remarques, propositions, et le site a gagné un parcours des confessions plus efficace + un classement par des votes. Autant dire que j’ai été complètement dépassé par les évènements… Il serait donc temps de poser un ou deux points. Appelez-ça une FAQ si vous voulez.

Je ne suis pas de la HADOPI, ni de la police

J’avoue, j’ai beaucoup ri en lisant certaines confessions me soupçonnant d’être à la solde de l’un des deux. Vérifiez les registres du Parti Pirate, vous aurez des surprises…

Je respecte l’anonymat

Vous aurez noté que je ne demande aucune identification. Toutefois je conserve l’adresse IP pour éviter le flood ou les attaques. J’ai bouté un ou deux Kevin hier soir comme ça, plus des tentatives de XSS 😉

Les deux seules personnes ayant accès à ces IP sont moi et ma patronne, qui m’a gracieusement offert un peu de place sur notre serveur.

Ce site n’est pas un lieu de débat

Donc inutile de répondre aux autres confessions postées. Il y a des forums pour ça. Merci.

Ce site n’est pas une incitation à télécharger

Oui je suis membre du Parti Pirate. Oui je soutiens la Quadrature du Net. Oui je veux l’arrêt de la HADOPI. Mais le but de ce site n’est pas de pousser au téléchargement illégal, juste de traiter le sujet avec humour, tout en donnant un coup de pied dans la fourmilière. Il y a du grand n’importe quoi de fait du côté des majors, j’essaye juste de le pointer du doigt.

Quels sont les risques vis-à-vis de la loi ?

Bonne question, je ne suis pas juriste. Encore une fois, ce site est fait just for fun, je ne veux pas de problème avec la loi. S’il y en a, je le retirerai (non sans regret).

Hors de question de refiler les adresses IP en vue d’identifier. Je préfère supprimer les commentaires voire carrément retirer le site s’il le faut. Je ne donnerai les historiques d’IP que si l’on m’adresse une perquisition, et croyez moi, je perds mon job si l’on en arrive là. L’idée ne m’enchante pas trop.

Pourquoi piratage ? Pourquoi pas partage ?

C’est un pied ne nez : on nous traite de pirate, alors que nous sommes juste pragmatiques.

Qu’est ce qui est modéré ?

Tant que vous restez poli(e), je ne vois pas de raison… Parlez français pas Kevin, et restez correct svp. Les blagues sont autorisées (et même conseillées) tant que ça reste dans le sujet.

Sur les débordements

Je réfute toute responsabilité quand aux témoignages qui sont faits sur ce site. Si certains peuvent être jugés offensants, n’hésitez pas à les signaler, je suis très réactif et suis prêt à supprimer tout commentaire irrespectueux.

Est-ce que tu gagnes de l’argent avec ce site ? Combien ?

Oui, grâce à Flattr. Aucune idée de la somme, si je pouvais rembourser le DNS (6€) ça serait cool.

Quelle est la suite ?

J’ai pas d’idée précise en tête. Proposez, si ça me tente on verra bien.

À terme par contre j’aimerais bien analyser tout ce qui est mis pour extraire les mouvances principales et mieux comprendre la situation. Quoi qu’on en pense, la situation actuelle n’est tenable ni pour les artistes ni pour les internautes. Si le Parti Pirate est intéressé, je suis prêt à leur fournir une copie de la base de données pour extraction/traitement (adresses IP retirées bien entendu).

Mon opinion sur le téléchargement illégal est qu’en analysant et résolvant les causes, la consommation de biens culturels (que ça soit par forfait, licence globale, achat à l’unité peu importe) repartira d’elle-même. J’ai foi dans la loi de l’offre et de la demande. Pour l’instant, l’offre est totalement irréaliste vis à vis de la demande. Sinon, le « piratage » ne serait pas un problème, n’est ce pas ?

Le Manchot Enragé

Publicités
Tagué , , , , , , ,

De la nécessité d’une Culture Libre

Salux !

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la Culture Libre n’est pas de mise dans notre société. C’est bien dommage, nous sommes en 2010 tout de même. Internet est pratiquement dans tous les foyers français, ainsi tout le monde a accès à une quantité inimaginable de culture, légalement comme illégalement.

Internet est apparu comme un cheveu sur la soupe à notre façon de consommer la culture. Il remet en cause le fondement des maisons de disque : la vente de copies. Maisons de disques qui, souffrant d’hypocondrie, n’hésitent pas à partir en guerre contre leurs propres clients afin de maintenir leurs rentes. Mais la culture ? Qui a posé la question de la culture ? Qui, durant les débats sur la HADOPI à l’Assemblée a posé le problème de la pérennité de la création actuelle ? Qui a osé croire que culture et DRM puissent cohabiter ?

Sommes-nous rendus au point où nous aurions oublié que la technologie permettra à nos successeurs d’accéder à tout le patrimoine que nous créons aujourd’hui ?

Imaginez leur expression si, à l’ouverture d’un fichier de musique, leur ordinateur leur indique qu’ils n’ont toujours pas le droit de lire le fichier. Je ne sais pas pour vous, mais ça me donne envie de rire. Jaune.

Alors qu’Internet ouvre des nouveaux horizons en terme de création et de rémunération, allons-nous rester sur des modèles qui ont été élaborés il y a un demi-siècle ?

À mes yeux il n’y a pas d’alternatives possibles : la culture devra être libre. Il suffit d’observer la manière dont nous la consommons pour se rendre compte que le partage est devenu presque « normal ». Pour autant les gens sont prêts à payer pour soutenir la création, ils n’ont jamais autant été aux concerts et au cinéma. La vente de copie est devenue un boulet, car elle ne prend pas en compte le fait que dupliquer un CD numériquement est d’une simplicité enfantine. Je suis encore étonné de voir qu’en 2010 les plateformes de téléchargement légales fonctionnent toujours sur ce business.

Il semble certain que la révolution du numérique se fera sans l’industrie du divertissement actuel, ce qui nous laisse trois issues :

  1. Les industriels évoluent et adaptent leurs modèles économiques.
  2. L’industrie actuelle s’effondre et entraine dans son sillon des milliers de chômeurs, le temps qu’une nouvelle se forme.
  3. La révolution numérique s’arrête ici et nous aurons manqué un des plus grands tournants de l’humanité.

Je ne veux pas la mort des maisons de disque. Je ne veux pas voir des milliers d’artistes finir à la rue du jour au lendemain. Pourtant, je ne m’oppose pas systématiquement au progrès dès qu’il menace mon business. Après la radio, les cassettes, aujourd’hui le P2P et demain…

Bref, ne soyez pas aussi frileux messieurs les majors. Si vous aimez réellement votre travail vous trouverez cœur à le rénover. À moins que vous ne soyez là que pour l’argent…

Le Manchot Enragé

Tagué , , , , , , , , , , , , , , , ,