Parti Pirate et Front National : histoire de chocolats


Flattr this

Salux !

Au fur et à mesure de la construction du programme du Parti Pirate et de la mutation du Front National, de nombreux points communs ont été relevés entre les idées du PP et celles des familles populistes (pas que du FN), notamment vis à vis de la liberté d’expression.

Il est temps de faire le point sur la situation et surtout d’expliquer dès maintenant pourquoi il ne faut surtout pas confondre le Parti Pirate et les autres partis populistes.

Faire preuve de discernement

Les grecs avaient découvert la démocratie bien avant nous – d’ailleurs ils étaient plus démocrates que nous le sommes (mais ça c’est un détail). À côté de ça, ils formaient une société extrêmement machiste, guerrière, ils avaient des esclaves et adoraient des dieux à la libido sans limite. Doit-on pour autant en déduire que tout ce qui vient des grecs (la démocratie ?) soit mal ? Je ne crois pas.

De même avec le front national. Je suis en désaccord avec la quasi-totalité de leur programme, qui aurait pu être écrit il y a un demi-siècle de cela, mais sur le coup de la liberté d’expression, je ne vais pas dire qu’ils ont tord juste parce que c’est le FN. Ça serait aussi stupide que d’arrêter de manger du chocolat parce que Marine en mange.

Rappel des faits

Historiquement, la liberté d’expression est l’une des pierres angulaires du Parti Pirate, et il en a toujours été ainsi. Nous fûmes parmi les premiers à avertir des possibilités de censure qu’offraient la HADOPI. Nous sommes allés manifester dans toute la France contre l’article 4 de la loi LOPPSI, instaurant un pouvoir censeur au ministère de l’intérieur. Même si Bruno Gollnisch intervint sur HADOPI (2), rien sur la LOPPSI. L’article 32 ter A leur convenait certainement trop bien pour oser entacher cette loi de leur opposition. À moins que la liberté d’expression ne soit que d’un intérêt second.

Car il faut noter une chose, c’est que la liberté d’expression, chère à une frange de la droite qui « dit tout haut ce que les français pensent tout bas », est une thématique qu’ils aiment sortir lorsqu’ils se sentent attaqués – par des moyens qui ne sont certainement pas de la censure !

La censure du juge : une entrave à la liberté d’expression. Wait… what ???

Et oui, vous avez bien lu. Il n’y a pas plus légitime qu’un juge -impartial, indépendant, ayant prêté serment, rendant des jugements publics au cas par cas- pour exercer un pouvoir de censure.

J’imagine qu’ils demandent une liberté d’expression sans limite ni censure. Où chaque membre du front pourrait insulter les musulmans à sa guise. Oui car c’est bien de ça qu’il s’agit. Le blog du front regorge d’articles sur la liberté d’expression depuis… leur passage en justice pour une affiche islamophobe. Avant ? Rien. Niet. Nada.

Je suis sûr que le front est d’un immense fair-play, et qu’en échange du droit d’insulter les musulmans, nous pourrions leur dire qu’ils sont un frein à l’ouverture au monde, des racistes, des reliques de la pensées d’avant-guerre (celle de 40 bien sûr), car après-tout, c’est aussi notre liberté d’expression, non ? Chacun ses à priori.

Quand aux remèdes

Ce n’est pas ce que veut le Parti Pirate. Au contraire ! Nous sommes pour la liberté d’expression, mais qu’en cas d’abus une autorité indépendante et neutre -la justice en est le meilleur garant- puisse trancher et censurer si cela est nécessaire. Nous ne voulons pas d’un monde sans limite, mais d’un monde où les limites et les sanctions sont appropriées et, surtout, ne sont pas appliquées à priori.

La censure, celle que nous redoutons, celle mise en œuvre dans l’article 4 de la loi LOPPSI, prend la forme d’une entité opaque, dépendante du pouvoir, à laquelle il n’existe aucun recours et qui ôte le droit à des citoyens de s’exprimer sans aucune explication. Ceci est contre quoi nous nous battons, et nous voulons révoquer l’article 4 de la loi LOPPSI ainsi que le délit de négligence caractérisé, clé de voûte de la HADOPI.

Supprimer la HADOPI ? Pure utopie, promesse électorale qu’aucun parti ne pourrait tenir, ni même vous Mme Le Pen. Les budgets et les contrats ont été signés pour plusieurs années. La HADOPI ne pourra être dissoute avant au moins 2013. Ceci dit, elle peut être sérieusement handicapée, en invalidant la négligence caractérisée ou en rendant illégitime les relevés IP fournis par une entreprise privée détenues par les majors du disque.

Faîtes ce que je dis, pas ce que je fais

Enfin, dernière chose, j’espère vous avoir convaincu que le front n’a aucune légitimité pour parler de liberté d’expression. Ne faîtes pas la même erreur que moi, évitez d’en parler. Si l’on vous pose la question « mais ce que tu racontes, c’est le discours du FN », vous saurez quoi répondre (j’avoue que je n’aurais jamais écrit ce billet si la question ne m’avait été posée).

Mais par pitié, ne leur accordez pas l’audience qu’ils essaient de créer en lançant de telles polémiques. Si vous voulez voter pour un parti qui défendent vos libertés, je ne me tournerai pas vers un parti qui lutte contre la liberté de se mouvoir. C’est un peu contradictoire, n’est-ce pas ?

Tagué , , , , , , ,
%d blogueurs aiment cette page :