Archivage de Twitter à la bibliothèque du Congrès

Salux !

Jeudi dernier, Marc Rees, journaliste pour PC INpact, relatait[1] une annonce de la bibliothèque du Congrès des États-Unis. L’intégralité des « tweets » de Twitter sont archivés depuis mars 2006, ouverture du site. Cette initiative pose de nombreuses questions, notamment sur le droit à l’oubli brandi par certains de nos politiques. Pour ma part je pense que c’est une excellente idée mais quelques points nécessitent réflexion.

Twitter, kesako ?

Tout d’abord, re-situons le contexte. Twitter est un site dit de micro-blogging dont le principe est très simple : une fois inscrit, vous pouvez y déposer des messages -ou tweets- d’une longueur maximale de 140 caractères. Ces messages sont généralement en lien avec d’autres sites, tant et si bien que Twitter est une sorte de carrefour où l’on peut pêcher des informations qu’on aurait pas trouvé autrement.

Twitter est à mi-chemin entre un blog classique et un canal IRC. Une sorte de flux RSS convivial, intuitif et social. Vous pouvez suivre les twitters d’autres membres pour les avoir en temps réel sur votre page (un peu comme des « amis » sur Facebook & cie).

Un danger pour la vie privée ?

Pas réellement selon moi. Twitter est à Facebook ce que les mémoires sont aux autobiographies : une partie précise de nous-même que l’on souhaite rendre publique en espérant qu’elle puisse profiter à un autre. De nombreux politiques l’ont adoptés et « tweettent » depuis l’assemblée nationale par exemple.

Twitter n’est pas un lieu d’expression intime ; d’ailleurs le web ne l’a jamais réellement été puisque son but est la propagation de l’information. Partant de ce postulat, il est difficile d’imaginer en quoi archiver son contenu est dangereux.

La Bibliothèque Nationale de France archive les journaux, magazines et autres parutions publiques. Depuis quelques années c’était le tour des blogs, la bibliothèque du Congrès des États Unis a franchi le pas avec Twitter. D’ici un siècle, nos arrières-petits enfants (enfin ceux ayant survécu à 2012) pourront consulter ces archives et reconstituer notre histoire. C’est une formidable avancée pour notre culture et la conservation du patrimoine.

Seul bémol : ils pourront aussi lire les âneries dites par nos chers élus. Quoique, vu sous cet angle, ce n’est peut-être pas une si bonne idée…

Sources :

[1] Article de Marc Rees : www.pcinpact.com/actu/news/56399-google-twitter-archive-historique-congres.htm

Le Manchot Enragé

Tagué , , , , , , , ,

Une réflexion sur “Archivage de Twitter à la bibliothèque du Congrès

  1. guapyo dit :

    « Twitter n’est pas un lieu d’expression intime » c’est vrai, pour moi (et comme beaucoup de média) Twitter est surtout une manière de s’informer avec des informations très brèves. D’ailleurs les entreprises l’utilise comme tel –

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :